Montreuillon
Logo Montreuillon
Logo Pnrm
Logo Academie du Morvan
Montreuillon
Le Morvan au cœur de l'Europe
Accueil

 

Environnement

Gestion des bassins versants

Les crues à Montreuillon

La crue de juin 2016


 

En cours de mise à jour

Mai 2015 : tout va bien, le barrage est prêt pour supporter l'étiage5 de l'été

Mai 2015 - 80 millions de m<sup class='pt7'>3</sup><br />pour suporter l'étiage de l'été
Mai 2015 - 80 millions de m3
pour suporter l'étiage de l'été
Mai 2015 - Une belle chute de 49 m
Mai 2015 - Une belle chute de 49 m
Mai 2015<br />2 clapets sur 3 sont ouverts
Mai 2015
2 clapets sur 3 sont ouverts
Mai 2015<br />L'évacuateur de crues fonctionne
Mai 2015
L'évacuateur de crues fonctionne

 

La crue de Juin 2016

Crue de printemps et retour d'Est

Origine météo : un incroyable scénario !

Tout commença avec la formation d'un "retour d'Est"6 et d'importantes perturbations sur l'Allemagne et le nord de l'Europe. Du fait du déplacement dans le sens anti-horaire au sein de la dépression, après être passées sur la Scandinavie et la mer du Nord dans le sens Est-Ouest, les masses d'air descendirent depuis la Belgique et les mers froides vers le sud, les Hauts-de France, le Bassin parisien et celui de la Loire

Il se forma, ce qui est classique sous cette latitude, une "goutte froide"7 bloquée sur le Nord de la France et du Bénélux avec son cortège d'intenses précipitations.

Enfin, une masse d'air froid venant de l'Atlantique rejoignit le retour d'Est qui s'éloignait lentement vers l'Europe centrale et l'ensemble se heurta à un front chaud formant un "retour d'occlusion"8 (traduit encore par des pluies et de violents orages)

Les bassins-versants concernés

Les pluies arrivèrent donc du Nord-Nord-Ouest le 30 mai 2016. Le Loiret et la Seine-et-Marne furent placés en "vigilance-rouge" et les Départements à partir de l'Indre et jusqu'aux Hauts-de-France en passant par Paris furent placés en "vigilance-orange".

Sur le bassin de la Seine, les crues touchèrent essentiellement le Loing provoquant des innondations à Montargis, Nemours, dans les villages riverains jusqu'à Paris où un pic de 6.10 m fut observé le 4 juin, 3 cm plus bas que la cote de 1982.

Le bassin ligérien recevant les eaux de la Bièvre, du Beuvron (celui qui prend sa source en Sologne) et du Cher ne fut pas épargné. Le Chateau de Chambord transformé en "Mont Saint-Michel" , les villes d'Orléans, Tours et Montrichard furent innondées.

A Montreuillon

Le mois de mai 2016 commença par des gelées et les "Saints de glace"12 furent accueillis par la pluie. C'est donc sur des sols saturés d'eau que de fortes précipitations tombèrent à la fin du mois de mai.

Dans le Morvan, le barrage de Pannecière, comme en 2015 était prêt pour sa mission de support d'étiage de l'été, c'est à dire qu'il était presque plein !

Et puis la pluie ... Le barrage a évité une montée trop rapide des flots en retenant ce qu'il pouvait, mais pour des raisons de sécurité, il fallu pourtant lâcher de l'eau : le débit normal de l'Yonne étant de 26 m³/s en cette période, il est passé à 34 m³/s (16 m³/s traversant l'usine électrique, 10 m³/s passant par la bonde de fond qui fonctionnait et 8 m³/s par deux des clapets de sécurité situés en haut du barrage). Les champs furent innondés mais la route de Corbigny (D126) ne fut coupée que le 3 juin pour être à nouveau ouverte dès le 5 juin.

Ensuite, l'Yonne retrouva progressivement son lit (lit "mineur")13 et le niveau de l'eau dans le barrage fut ramené à son niveau normal.

Par chance la déesse de la rivière Yonne, Ica-Onna15, a protégé la région : cet épisode climatique n'a pas touché gravement le Haut-Morvan et une catastrophe sur Paris a été évitée. Les quelques près innondés l'ont été par suite du lâchage de sécurité controlé du barrage. Et il n'y a pas eu de crue importante à Montreuillon !

Michel Partiot Académie du Morvan - juin 2016

 

Remerciements

Merci à Christian Louvrier, toujours attentif à l'intérêt général dans sa commune

Bibliographie

  • Baudiau J-F., 1854 et 1867. Morvand ou Essai géographique, topographique et historique sur cette contrée, 1re édition en 2 volumes, 1854 Ed. Fay père et fils - Nevers. 2e édition en 3 volume 1865-1867 Ed. Librairie Guenegaud-Paris.
  • Beaujeu-Garnier J., 1950, Le Morvan et sa bordure Ed. PUF, 288 p.
  • Bonnamour J., 1966, Le Morvan - La terre et les hommes Ed. PUF, 454 p.
  • Bruley J., 1973, Le Morvan coeur de la France - Géographie, Histoire, Littérature, t. I, Ed. La Morvandelle, 571 p.
  • Epin C.Académie du Morvan, 1989. Montreuillon - La durée et l'instant, Ed. Parimage, 247 p.
  • Michel-Lévy A., 1898, Le Morvan et ses attaches avec le massif central. In: Annales de Géographie, t. 7, n°36:404-428.
  • Michel-Lévy A., 1899, Le Morvan et ses attaches avec le massif central. In: Annales de Géographie, t. 8, n°37:6-21.

Documentation numérique

Notes

  1. bassin−versant : aire où se rassemblent les eaux qui se déversent dans un même exutoire (rivière, fleuve, mer).
  2. Ligne de partage des eaux : limite entre plusieurs bassins versants
  3. Épisode cévenol : l'air chaud situé au-dessus de la Méditerranée est poussé par le vent du Sud (et parfois le Sirocco venant du Sahara). Lorsqu'il rencontre le Massif des Cévennes, froid et humide, il y a condensation et de fortes pluies tombent sur les reliefs et les plaines de piedmont provoquant des innondations. Les Départements concernés sont l'Ardèche, le Gard, l'Hérault et la Lozère mais le terme est parfois employé (improprement) quand le même phénomène se produit sur les contreforts des Alpes.
  4. Zouave du Pont de l'Alma : la sculture est de Georges Diebolt (le modèle serait le soldat André-Louis Gody, 1828-1896). Elle représente les troupes victorieuses en Crimée en 1854. Elle fut commandée par Napoléon III et installée sur la piles aval, rive gauche du Pont de l'Alma à Paris en 1856. Le pont fut refait en 1974 et le zouave installé en amont, rive droite et surélevé de 80 cm. La tradition veut que la population surveille l'évolution des crues en fonction du niveau d'immersion de la statue. La dernière fois qu'il prit un bain de pieds fut en 2013 (3.86 m) ; la limite navigable est de 4.30 et le niveau de base est de 2 m.
  5. Étiage : abaissement exceptionel du niveau de l'eau; sinon la période où le niveau de l'eau est habituellement le plus bas correspond aux "basses eaux". L'étiage est aussi parfois définit comme le point le plus bas du niveau de l'eau.
  6. Retour d'Est : important conflit entre des masses d'air frais venant de l'Atlantique et de l'air chaud venant de Méditerrannée se dirigeant vers l'Europe centrale. Installation d'une dépression au Sud de l'Allemagne, se déplacant vers le Bénélux , le Nord de la France et le Centre (dans une dépression les vents tournent dans le sens anti-horaire). Dans ce cas les pluies arrivent sur le Morvan en provenance du Nord-Nord-Ouest
  7. goutte froide : air froid isolé en altitude dans une masse d'air chaud (en général sous l'action puissante des "jet-streams")
  8. Occlusion : phénomène de météorologie. Dans l'évolution d'une dépression, un front froid suit un front chaud qui est lui même en contacts avec une autre masse froide devant lui. Progressivement le front froid arrière rattrape l'autre masse froide; c'est l'occlusion. L'air chaud léger est poussé par le front froid arrière, monte sur l'air froid dense qui est devant lui et il est progressivement expulsé en altitude.
  9. Nappe alluviale : zone située entre le fond de la rivière et la roche mère. Elle est composée d'alluvions grossiers qui filtrent l'eau et elle assure la liaison entre la rivière et la nappe phréatique
  10. Eutrophisation : Enrichissement des eaux en azote, carbone et phosphore entraînant la prolifération d'algues et de phytoplancton qui augmente la charge en matière organique biodégradable. L'eau trouble en surface ne permet plus à la lumière de pénêtrer suffisament, la photosynthèse ne peut plus assurer l'oxygénation de l'eau et par ailleurs les bactéries aerobies qui dégradent la matière organique en profondeur épuisent l'oxygène déja présent. En phase finale le milieu devient abiotique (mort !).
  11. Ripisylve : Formation végétale qui colonise les berges du lit mineur des cours d'eau (Saules, Aulnes, Frênes en bordure, les pieds dans l'eau, Erable et Ormes en hauteur, Chêne et Charmes sur le haut des berges). Après une crue, la forêt alluviale s'étend plus largement dans le lit majeur.
  12. Saints de glace : Saint Mamert (11 mai), Saint Pancrace (12 mai) et Saint Servais (13 mai). Selon une tradition venue du Haut-Moyen-age, les jardiniers doivent éviter de planter des espèces gélives avant la mi-mai car des gelées tardives peuvent survenir jusqu'à cette période. C'est malheureusement souvent vérifié dans le Morvan !
  13. lit mineur d'un cours d'eau : zone où les eaux s'écoulent hors des périodes de crues ; les rives sont habituellement colonisées par la "ripisylve"
  14. Lit majeur d'un cours d'eau : zone d'expansion naturelle des crues.
  15. Lit d'étiage d'un cours d'eau : zone où les eaux s'écoulent en période de basses eaux
  16. Ica Onna : vient du celte, désignait la rivière Yonne et le culte de l'eau en fit une déesse vénérée jusqu'au iie siècle. Avec le temps le terme "icaunais" désigna ce qui était relatif à l'Yonne
  17. Crue centennale de 1910 : l'OCDE estime que la même crue aujourd'hui causerait au minimum pour 30 milliards d'Euros de dégats, une bonne partie des activités de la France seraient paralysées, sans compter les répercutions sociales que cela entrainerait !
  18. Mouille : quand la roche-mère est imperméable et que le sol composé de granites altérés et d'argiles est peu profond, l'eau de la nappe phréatique circule très près de la surface et ressort parfois sous forme d'un marécage ou même d'une mare
  19. Orographie : domaine de la géomorphologie et de la géographie physique concernant la description des montagnes et par extension, plus généralement du relief

 

Accueil