Montreuillon
Logo Montreuillon
Logo Pnrm
Logo Academie du Morvan
Montreuillon
Le Morvan au cœur de l'Europe
Accueil

 

Histoire

Personnages

Le peintre Balthus, Comte Balthasar Klossowski de Rola

Balthus, le dernier Comte du Chateau de Chassy (1908-2001)


 

Au printemps de 1953, le peintre franco-polonais, le Comte Balthasar Michel Klossowski de Rola dit Balthus fit un voyage d'agrément dans le Morvan avec ses amis, l'écrivain philosophe George Bataille et sa femme Diane. Venant de Vezelay où ces derniers possédaient une maison, ils prirent la route du Sud et sur le chemin, entre Corbigny et Château-Chinon ils découvrirent l'ancien château de Chassy : bien que dégradé celui-ci émergeait encore fièrement avec ses 4 tours sur la rive gauche de l'Yonne !1

Balthus songeait alors à quitter son atelier parisien pour trouver une nouvelle inspiration dans un endroit paisible et isolé pour se consacrer à son œuvre. Le Château de Chassy était exactement ce qu'il cherchait, au cœur d'une campagne "si belle ample et sereine"2, un paysage aux couleurs limpides et lumineuses et tout de même aussi, l'opportunité de mettre en valeur son titre de Comte descendant d'une ancienne dynastie aristocratique polonaise !

Il se prévalait également d'un autre "titre" aristocratique qu'il affectionnait particulièrement, celui de "Le roi des chats" un surnom qui lui fut donné et qu'il affichait avec fierté.

Sa mère, la peintre russe Baladine Klossowska le peignait déjà petit garçon avec un chat et sa première publication illustrée traitait du chat Mitsou (1921). Son autoportrait très connu fut d'ailleurs intitulé "le roi des chats" (1935) (illustration 1)

Enfin, on retrouvait le chat dans une grande partie de ses œuvres comme compagnon fidèle et témoin silencieux dans des intérieurs où de très jeunes filles à la pose équivoque somnolaient ou étaient sur le point de s'éveiller d'un rêve d'enfant.

Qui était Balthus ?

Balthasar Klossowski de Rola était un célèbre artiste franco-polonais, controversé et excentrique. Cynique, il était très difficile a situer et impossible à classer et c'était ce qu'il souhaitait. Il rejetait les conventions habituelles du monde de l'art et il voulait que ses œuvres soient admirées hors considération pour sa personne. Il ne supportait pas les esquisses et les biographies. Lors d'une exposition à la Tate Gallery de Londres en 1968, il envoya un télégramme : no biographical details. Balthus is a painter of whom nothing is known. Now let us look at the pictures (traduction : Aucun détail biographique. Balthus est un peintre à propos duquel rien n'est connu. Maintenant regardons plutôt les peintures)

Balthus était originaire d'une famille de peintres et collectionneurs d'art. Ses parents russo-polonais de nationalité allemande vinrent de Prusse orientale au début du xxe siècle pour s'établir à Paris. Balthus naquit à Paris en 1908 fils cadet de l'historien d'art et peintre Erich Klossowski (1875 - 1946) et d'Elisabeth Dorothea Spiro (1886-1969) connue sous le nom de "Baladine", également peintre et élève de Pierre Bonnard. En 1919 elle devint la dernière amante et muse du poète Rainer Maria Rilke.

Le frère de Balthus, Pierre, de 3 ans son ainé était un écrivain traducteur et artiste connu par ses volumes en 5 tomes du Marquis de Sade. La maison paternelle à Paris se développât et devint un centre cosmopolite d'aristocrates, d'artistes et d'intellectuels mais avec le déclenchement de la 1re guerre mondiale tout s'arrêta ! Du fait de sa nationalité la famille dut quitter la France en 1914. Elle partit partit pour Berlin, puis Zurich Berne et Genève. Le père Erich Klossowski quitta sa famille en 1917 et après quelques détours s'installa définitivement dans le midi de la France à la fin des années 1920

Influence de Rainer Maria Rilke

Balthus garçon de 11 ans fut influencé très fortement pas l'amant de sa mère Rainer Maria Rilke, lui-même attentif au sort de Balthus et de son frère ainé Pierre.

R.M. Rilke remarqua le don pour le dessin de l'enfant et lorsqu'il eut 14 ans, il l'encourageât avec l'appui de son ami André Gide à publier ses 40 dessins à l'encre du chat Mitsou. Le petit livre sortit en 1921 avec une préface de R.M.Rilke. Ce fut le véritable début de la carrière artistique de Balthus.

Son père Erich, mais aussi des amis comme P. Bonnard et R.M.Rilke recommandèrent au jeune talent d'apprendre le métier en recopiant les grandes œuvres d'art dans les musées. A Paris Balthus copia au Louvres le classiciste du xviie siècle Nicolas Poussin puis il fit un voyage d'études artistiques en Italie où il étudia les maitres italiens du début de la renaissance et où il fut impressionné par les fresques du peintre du xve siècle. Piero Della Francesca dont les couleurs et les techniques d'aplat l'inspireront pendant toute sa vie

Au début des années 1930 il flirta brièvement avec le mouvement surréaliste mais Balthus était un autodidacte indépendant et il tenait à développer son propre style qui n'était pas forcément moderne et qui était influencé par de multiples courants.

Première exposition à Paris

Même si son œuvre ne correspondait pas aux derniers canons artistiques en vigueur, sa qualité était si particulière que Balthus obtint sa première exposition en 1934 à la Galerie Pierre Lœb à Paris

Balthus qui avait alors un besoin d'argent pressant saisît l'opportunité de percer et d'attirer l'attention du monde sur lui. Dans une lettre à sa fiancée et modèle Antoinette de Watteville il écrivait "il faut aujourd'hui hurler très fort si l'on veut se faire entendre"3et ça réussissait !

Il y eut beaucoup de bruit et d'indignation dans la presse sur ses travaux (considérés comme très érotiques). En particulier la "leçon de guitare" en 1934 qui fit scandale et qui fut exclue même en 1984 du rétrospectif Balthus du Centre Georges Pompidou à Paris et au Musée d'Art Moderne de New York mais la renommée de Balthus était ancrée définitivement dans le monde de l'art.

Décors et illustrations

Hormis la peinture Balthus dessinait des costumes et des décors pour les pièces de théâtre en particulier pour celles d'Antonin Artaud et Allbert Camus.

La Suisse Antoinette de Watteville qu'il épousera en 1937 était alors sa maitresse et son modèle principal. Elle l'inspira en particulier pour le personnage de Cathy dans ses illustrations pour "Les Hauts de Hurlevent" d'Emily Brontë.

Elle lui donna deux fils Stanislas et Thadee nés pendant la deuxième guerre mondiale en Suisse. Après son divorce avec Antoinette en 1946, Balthus retourna à Paris où il fit une exposition aux Galerie Beaux Arts organisée par Henriette Gomez. C'etait une galeriste importante à Paris et en même temps collectionneuse et admiratrice de l'œuvre de Balthus. Elle fera en sorte que Balthus puisse s'installer dans le château de Chassy.

Avec quelques-uns de ses amis artistes H.Gomez créa un fonds permettant de financer l'achat du château de Chassy : Balthus put s'y installer à condition de fournir régulièrement une œuvre d'art à l'association !

Séjour dans le Morvan de 1954 à 1961

Une partie du château fut restaurée, juste assez pour pouvoir pérenniser l'ambiance d'antan et Balthus s'y installa avec tous ses accessoires de peinture et Léna Leclercq une amie poète et romancière qui partageât sa vie un moment (illustration 2).

Peu de temps après sa cousines par alliance Frédérique Tison se joint à eux. .Elle a 14 ans et elle est une fille de la femme de son frère Pierre Klossowski.Elle devient sa muse et compagne pendant les sept ans que Balthus passe au château de Chassy.

Elle posa pour ses portraits de filles préadolescentes, fragiles et vulnérables, symboles de l'innocence, à une intimité déconcertante suspendue dans le temps.

Balthus voulait immortaliser le moment suprême de la fuite de l'enfance pour "Maintenir à jamais ce que disparaît déjà"4.

Hormis son modèle le plus important, Frédérique, des jeunes filles des environs de Chassy vinrent également poser pour lui (illustration 4)

Ses paysages, il les peignait principalement à partir des fenêtres du château en passant d'une fenêtre à l'autre, d'un étage à un autre

C'est à partir de là qu'il fit la plupart de ses paysages. Ce fut une période très fructueuse : sur un total de 240 Huiles sur toiles il en peint 70 de Chassy. Il s'inspira des couleurs, de la lumière, les espaces plats et des paysages de la région

L'un des plus célèbre est le fameux "cour de ferme de Chassy" 1960 (illustration 5)

Comme le traduisait Robert Kopp5 "ce sont des paysages immobiles, d'un équilibre géométrique parfait, réduits à l'essentiel, ou le temps s'est arrêté, transformant hommes et bêtes en objets. Aucune dramaturgie, un décor fait de volumes, de lumière et d'ombre ... Hors du temps, la grande cour de la ferme, hors du temps, le troupeau de la vallée de l'Yonne, le paysan près de sa vache. Mais hors d'un espace géographique précis également."

Jusqu'à la fin de sa vie, Balthus traita des mêmes thèmes et des mêmes symboles : le chat, le miroir, l'intérieur intemporel et la jeune fille. (illustration 6) On voit les concordances avec Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll qui fait descendre Alice dans le miroir et la fait atterrir dans un monde plein de miracles ou elle vit toutes sortes d'aventures. Balthus donna le titre à son tableau "Alice dans le miroir" en 1933 (centre G.Pompidou) en s'en inspirant. Mais on retrouvait toujours dans sa peinture, les intérieurs sombres avec des dessins et des tapisseries magnifiques dans lesquelles on retrouvait sa virtuosité de dessinateur de décors et costumes et qui respirait une intemporalité étrange, un temps figé !

Tel un ermite il sortait à peine, il n'avait pas de téléphone, ni eau ni chauffage et dans les cas extrêmes il téléphonait à l'hôtel-restaurant voisin. La population locale le connaissait comme Comte Klossowski de Rola et peintre mais il était surtout apprécié pour sa gentillesse et tous l'appelaient simplement "Balthus".

De temps à autre il y recevait quelques visiteurs comme son ami suisse peintre et sculpteur Augusto Giacometti et le galeriste Pierre Matisse de New York

Notes

  1. La comtesse Marie de Choiseul- Praslin, décédée en 1866, était la dernière descendante d'une prestigieuse dynastie propriétaire du Château de Chassy depuis sa construction (voir encart ci-dessus)
  2. Balthus: Les meditations d'un promeneur solitaire de la peinture. Entretiens avec Francoise Jaunin. 1999. Collection des Arts Lausanne.
  3. Balthus. 100ème anniversaire. Magazine Fondation Pierre Gianadda 2008 p.15.
  4. Balthus. Fondations Pierre Gianadda. Martigny 2008. Catalogue Robert Kopp. P. 39.
  5. Idem. P.41.
  6. Balthus ou le temps du sablier. Une soixantainte de dessins et d'esquisses.. Autun. Musée Rolin. 2011.

Départ de Chassy

En 1961 le Ministre de la culture et écrivain, André Malraux le nomma Directeur de l'Académie de France à Rome qui siégeait à la Villa Médicis, ce fut la fin de son séjour au château de Chassy.

Balthus reçut l'ordre de restaurer cette Villa. Dans le cadre de l'expansion de la culture française à l'étranger Malraux l'envoya en 1962 en mission artistique au Japon où Balthus rencontra la japonaise Setsuko ideto qui fut d'abord son interprète, puis son modèle et en 1967 devint son épouse. En 1973 naquit leur fille Harumi.

Frédérique Tison resta habiter le château de Chassy et l'obtint en concession en 1966. Elle commença un élevage de chevaux et créa le "connemara", un poney de chasse irlandais. Le domaine se développait en centre équestre. On dit que les pièces du château où Balthus peignait avec ses modèles restèrent inchangées et respirent toujours la même ambiance qu'en 1961

A partir de 1977 Balthus habita Le Grand Châlet à Rossinière en Suisse où malgré sa nouvelle influence japonaise il continua à développer son propre style reconnaissable aux intérieurs joliment dessinés avec le chat, les miroirs et la jeune fille.

Il fit beaucoup d'expositions et de rétrospectives pendant la période 1983 à 1994 et parmi d'autres au Centre George Pompidou, au Metropolitan museum de New York, au musée de Kyoto et au musée des Beaux-Arts à Lausanne.

Au début de l'année 2001 Balthus mourut à l'âge de 93 ans à Rossinière en Suisse. Son frère Pierre disparut lui aussi cette même année

En 2008 à l'occasion du centenaire de la naissance de Balthus, la Fondation Pierre Gianadda organisa à Martigny en Suisse une impressionnante exposition d'une grande partie de ses œuvres accompagnée d'un catalogue bien présenté

En France également, la commémoration du dixième anniversaire de sa mort fut l'occasion de lui rendre hommage : une exposition6 fut accrochée au musée Rolin d'Autun, le "passage Balthus" fut inauguré et quelques conférences furent organisées à Château-Chinon en présence de la Comtesse Setsuko et de leur fille. La cour du Château qui habituellement n'est pas ouvert au public, fut en cette occasion accessible

Texte original (en néerlandais) : Suzette Haakma - traduction en français : Paul Kleene - mise en forme : Michel Partiot

Références

>>> A télécharger Balthus, de laatste graaf op het Château de Chassy in de Morvan (1908-2001)(269 Ko)

 

Accueil