Montreuillon
Logo Montreuillon
Logo Pnrm
Logo Academie du Morvan
Montreuillon
Le Morvan au cœur de l'Europe
La rigole
La rigole
Accueil

 

Environnement - développement durable

Quand l'Environnement devient une ressource

 

Le plus bel endroit du monde, ... l'admirer et en vivre !


 

 

Le milieu naturel

Le socle granitique et le sol

Les affleurements de rochers du grand pont en témoignent : Montreuillon s'est installé sur des roches primaires volcaniques très dures : un socle en granite dans lequel est remonté un magma rhyolitique. Tout cela s'est ensuite plissé, brisé au cours des ères géologiques, donnant un résultat qui a fait le régal de toutes les générations en culottes courtes qui étaient persuadées avoir escaladé l'Everest en arrivant au parapet du grand pont, 33 m plus haut !

Avec le temps, les roches se sont altérées et des argiles les ont recouvertes; Une couverture pédologiques s'est développée sur cet ensemble, à partir d'éléments contenant beaucoup de silice, des arènes granitiques et argiles : ce sont des sols acides, pauvres et fragiles qu'envahissent fougères et calune dès que le forêt disparait. L'imperméabilité facilitée par la forte teneur en argile explique la multiplicité des ruisseaux et aussi la sécheresse en été

 

L'hiver est rude en Morvan<br />les enfants en profitent
L'hiver est rude en Morvan
les enfants en profitent
L'eau, source de vie
L'eau, source de vie
La traversée de la vallée de l'Yonne (route et rivière) sur l'aqueduc
La traversée de la vallée de l'Yonne (route et rivière) sur l'aqueduc

Le climat

Il pleut en Morvan et particulièrement sur la face Ouest où se situe Montreuillon : les vents apportent les nuages qui se brisent sur le premier obstacle qu'ils rencontrent depuis l'océan. Et pourtant le massif est trop éloigné pour que la mer pondère la rudesse du climat déjà continental : le froid de l'hiver le rappelle chaque année et les gelées du printemps ne sont pas rares.

L'eau

Tous les morvandiaux savent que c'est l'Yonne qui traverse Paris car la Seine, ce fleuve usurpateur, avait moins de débit au confluent que la rivière morvandelle. Avait, car elle fut déclarée "enfant terrible" en particulier par le zouave du pont de l'Alma qui n'en pouvait plus de prendre des bains d'eau froide à chaque printemps : en 1949, le barrage de Pannecière fut érigé, ce qui régla les contestations sur les débits et le zouave retrouvât sa tranquillité (relative quand même) !

Mais l'histoire ne se limite pas au xxe siècle, pendant longtemps il fallut aussi chauffer la capitale : c'est l'aventure du flottage, commencée en 1547 et qui durât jusqu'au siècle dernier. Le bois jeté en vrac dans la rivière et assemblé ensuite en aval, à Clamecy, par de rudes "flotteurs" morvandiaux activant "l'accroc" (longue perche pourvue d'un crochet à deux branches; l'un pour pousser, l'autre pour tirer) et le "le picot" (marteau pointu qui se plantait dans la bûche pour la maintenir). Qui à Montreuillon n'a pas trouvé, oublié dans le fond d'un cellier, ces outil-symboles d'une fraternité de misère dont plus d'un n'est pas revenu ?

Ensuite, en 1783 il fut imaginé relier les bassins de la Loire et de la Seine : les péniches pourraient alors naviguer et transporter beaucoup de combustible et des marchandises. Ce fut le creusement du canal du Nivernais qui durât 60 ans. Les "échelles" de Sardy-les-épiry, le gigantesque chantier de La collancelle : au fond du trou, c'était le ch'ti gars de L'Huis Seuillot, celui de La roche Ménard ou du bourg, parce qu'il fallait manger et que la terre, bien avare en ces contrées, ne donnait pas grand chose à se partager.

Il s'avérât alors nécessaire d''alimenter en eau les biefs les plus hauts car les pluies n'étaient pas suffisantes pour les emplir correctement et la rigole fut construite . Elle amène l'eau depuis Pannecière, traverse la vallée de l'Yonne, route et rivière, sur l'aqueduc de Montreuillon pour se jeter dans le bief de partage des eaux entre les écluses de Baye et de Port Brulé, une vingtaine de kilomètres plus loin

Le plus bel endroit du monde

Issue des interactions entre la roche, l'eau, le climat et l'imagination des hommes, la nature a pourtant rendu hommage à tous ces pauvres hères qui devaient se louer sur les trains de bois, trimer sur les chantiers et expatrier leur femme comme nourrice dans les beaux quartiers parisiens pour y donner leur lait, elle s'est faite artiste à Montreuillon : un paysage magnifique, fait de paix, de forêt et de près que relient paresseusement des ruisseaux pour y rejoindre l'Yonne, fière et impétueuse.

Sans aucun chauvinisme, bien sûr, les bœufs blancs charolais qui vivent là le savent, c'est "le plus bel endroit du monde" !

l'aqueduc en automne
l'aqueduc en automne
Les échelles de Sardy-les-épiry
Les échelles de Sardy-les-épiry
Le village vu du grand pont
Le village vu du grand pont
L'Yonne
L'Yonne

L'arbre meurt la forêt demeure

Il ne s'agit pas de regarder béatement la forêt pousser pour qu'elle reste belle car il n'existe plus en France de forêts primaires en équilibre : si elles ne sont pas entretenues elles se dégradent.

Ainsi, le taillis est coupé "à blanc" et vendu comme de bois de chauffage ou pour la pâte à papier, il assure la trésorerie et repousse rapidement,

la futaie se gère sur un long terme :
des Chênes ou des Hêtres ne sont exploitables en grume qu'après des dizaines d'années. Il faut donc les couper petit à petit de telle sorte que les derniers seront coupés, quand la futaie sera déja régénérée et prête pour un nouveau cycle

Moyennant quoi, le sol ne sera jamais nu, la forêt se maintiendra tout en rapportant, c'est un système durable !

 

L'enrésinement des forêts

Un Sapin ou un Pin pousse vite et s'exploite rapidement ; il devient possible de bénéficier de son vivant du fruit de son travail !

Le problème se pose sur des sols déjà acides et fragiles car la décomposition des aiguilles de résineux acidifie encore plus le sol et accélère le lessivage des éléments minéraux.

La crainte est que la forêt une fois exploitée ne cède la place à la lande de bruyère et fougère aigle !

Sur sols pauvres acides, les forêts doivent être aménagées en essence mélangées résineux-feuillus

 

Economie de l'Environnement

La valeur économique d'un sîte naturel

Pendant longtemps en France, les architectes de l'environnement furent les mairies qui définissaient les plans d'occupation des sols (POS) et accordaient directement ou non les permis de construire. Elles recherchaient parfois à améliorer les finances communales en acceptant l'installation d'entreprises sans être toujours très regardantes sur l'impact de leur activité sur le milieu naturel : la recherche de taxes professionnelles était bien acceptée par la population qui pensait ainsi y gagner en payant moins d'impôts locaux. C'était une vision à court terme !

Heureusement, à Montreuillon les Maires qui se sont succédés étaient des sages. La nature n'a pas été abimée et le sentiment des bœufs blancs peut encore aujourd'hui être partagé avec la population ("le plus bel endroit du monde") !

Ils ont bien fait ! L'exemple du canal du nivernais sorti de l'abandon par le tourisme fluvial dans les années 1960 par Pierre-Paul Zivy, parisien tombé sous le charme de la région en est une preuve éclatante. En développant des entreprises, il a mis les autorités administratives devant leurs responsabilités et aujourd'hui cette activité fait vivre nombre de morvandiaux .

Les économistes de l'Environnement l'ont aujourd'hui démontré : un beau paysage a une valeur économique que chaque visiteur supplémentaire augmente en venant l'admirer. Celle ci sera encore améliorée si elle est associée, à la qualité des communication, au réseau d'assainissement, à l'organisation de la gestion des déchets, etc. (économie écologique).

Cela s'évalue simplement : qu'est ce qu'une personne est prête à faire pour venir là plutôt qu'ailleurs, profiter du paysage, respirer un air non pollué, vivre dans un milieu humain sympathique et travailler pourtant ?

 

La réponse existe à Montreuillon, "terre d'accueil":

  • Celui-ci s'est installé à Laroche Ménard et travaille sur son ordinateur face à l'aqueduc, il n'oublie pas de déguster son thé au bar voisin et se félicite d'avoir trouvé cet endroit qui associe qualité de vie et possibilités de travailler et précise-t-il avec un humour typically british un anglais ne se trompe jamais !
  • Celui-là chercheur en physique, certes plus à l'aise devant un cyclotron qu'en face d'une vache nerveuse, a acheté avec son épouse psychologue une maison dans le bourg, ils l'ont aménagée et ils travaillent chez eux, en réseau avec des laboratoires étrangers dans la serenité nécessaire à la réflexion scientifique. Aujourd'hui, ils sont retraités et sont résidents permanents !
  • Ce couple de bretons travaillant dans l'informatique et tombé amoureux du village. Il a tout vendu pour acheter un bien et y vivre paisiblement sa retraite
  • D'autres enfin n'ont fait que passer mais ils ont quand même dépensé quelques Euros au restaurant, chez les commerçants voire ont profité d'un hébergement en gite, histoire de faire durer l'instant.

 

Un Environnement bien géré apporte des ressources, humaines, culturelles et financières qui bénéficient à la communauté

Aujourd'hui, dans un village qui a bien compris son intérêt, il n'est plus possible d'installer une station d'épuration, un incinérateur ou un bâtiment de 8 étages n'importe comment et n'importe où, sans une vision d'avenir et une évaluation cout-avantage écologique : la campagne peut se repeupler, des emplois se créer quand les municipalités savent gérer l'Environnement, leur patrimoine, comme Montreuillon s'y emploie !

Les bœufs blancs le savent ...
Les bœufs blancs le savent ...
Une idée d'éternité
Une idée d'éternité

Les Hommes

Des hommes et des femmes vivent là. Ils sont artisans, restaurateurs, éleveurs ou agriculteurs. Ils font aussi partie de l'Environnement. Il leur faut du travail, des écoles pour les enfants, des maisons à construire et aménager, des clients et des facilités pour que le monde paysan ne disparaisse pas.

En effet, aussi bien l'ingénieur, que l'agriculteur, le forestier et l'éleveur, tous ont fait ce que le village est aujourd'hui : si les prés retournent à la friche ou la forêt devient une lande, le paysage changera et avec lui sa valeur économique environnementale.

Si l'air devenait pollué, les eaux usées non traitées, les déchets non gérés, ceux qui vivent là pour trouver une certaine qualité de vie partiront, les emplois qu'ils créaient directement ou indirectement n'existeront plus et le village mourra !

Tous à Montreuillon savent que gestion intelligente de l'Environnement, Développement durable et survie du village vont de pair.

 

En savoir plus

 

Approfondir la question

Ces sujets seront développés au cours du temps en fonction de l'intérêt qu'ils suscitent, mais en attendant, l'internaute est invité à surfer sur les autres thèmes qui lui expliqueront de façon diverse et complète ce qu'est la commune de Montreuillon et pourquoi c'est "le plus bel endroit du monde".

En projet, tout en restant concentré sur Montreuillon au sein du système environnemental Morvandiau :

Références

 

Accueil